Calliope Cathedrale Split juin 2017 copie

Le Chœur Calliope

Dirigé depuis sa création par Florence Grivat Favre, le chœur Calliope a fêté ses 40 ans de musique en 2015.

Après avoir exploré le répertoire de l’oratorio ave des œuvres comme le Gloria de Vivaldi ou la Petite messe solennelle de Rossini, Calliope fait une première incursion remarquée dans le registre scénique avec La Belle Hélène, d’Offenbach en 1983, à l’Opéra de Lausanne.

Calliope ne recule pas devant les défis et l’a démontré en chantant le Requiem de Duruflé dans les mines de sel de Bex, à 400 mètres sous terre.

Au fil des années, les spectacles mis en scène se succèdent : The Fairy Queen (Purcell), Goyescas (Granados), Le Roi Arthur, Didon et Enée (Purcell). Les metteurs en scène sont Denis Maillefer, Christophe Balissat, Diane Decker et Robert Bouvier. En 2014, c’est François Rochaix qui met en scène une création du compositeur Guy Bovet : C’est quoi ce cirque ?

Son goût pour les spectacles n’empêche pas le chœur Calliope de travailler des programmes plus classiques, a capella, ou avec orchestre, comme les Vêpres de Rachmaninov, le Requiem, de Theodorakis, celui de Mozart et celui de Fauré.

Calliope a eu l’occasion de s’associer a plusieurs reprises avec des formations professionnelles. Avec l’Orchestre de Chambre de Lausanne en 2003 (Cantate Saint-Nicolas de Britten), 2005 (Messe en mi bémol de Schubert), 2015 (Requiem de Mozart et Oratorium nach Bildern der Bibel de Fanny Mendelssohn). Avec le Sinfonietta de Lausanne pour le Requiem de Dvoràk, à la Salle Métropole.

Plus récemment, le chœur Calliope a interprété en 2016 la Messe pour la paix ou l’Homme armé, de Karl Jenkins, avec le chœur pour enfants de Thierrens. En 2017, sous la baguette de Ferran Gili-Millera, avec l’orchestre Amabilis et en association avec les chœurs l’Alouette de Bursins et Résonances de Genève, il a donné le Messie de Haendel, dans les cathédrales de Lausanne et de Genève, illuminées pour l’occasion par 2000 bougies.